Carte du département
Randonnées dans la colline provençale
Logo de Rians tourisme

Des idées de séjours ou d’activités

Les Calanques

les Calanques : 65 km

Les Calanques restent la sortie phare pour qui découvre la Provence. Elles sont aujourd’hui un parc national, avec les restrictions d’usage en terme d’accès, surtout par Mistral… mais il est toujours possible de s’y sentir – presque – seul au monde en semaine, et … hors vacances d’été.
Il faudra partir tôt le matin, et viser plutôt Cassis, que l’on atteint en 1h de route.

La Sainte Baume

La Sainte-Baume : 40 km

La Sainte-Baume est moins connue que la Sainte-Victoire. C’est pourtant la montagne sacrée des provençaux parce qu’elle abrite depuis les origines (celles de la Chrétienté en tous cas) la grotte où se retira Marie-Madeleine. Sur son versant nord se développe une de ces forêts que l’on dit « primitives » parce que préservées des coupes et de l’élevage intensifs, donc ayant gardé ses essences d’origine : un paradis pour les randonneurs au plus chaud de l’été, et un belvédère incomparable sur la mer.

Le Verdon

Le Verdon : 20 km

Le Verdon vient des Alpes et rejoint la Durance au sud de Manosque. Si on en connait surtout les gorges et le très beau lac de Sainte-Croix, il garde à discrétion une ribambelle de petits lacs et ses « basses » gorges, toutes proches de Rians. Le Canyon du Verdon « à grand spectacle » laisse alors place à un Verdon plus confidentiel, plus difficile d’accès aussi, mais un superbe terrain de jeu pour les amateurs de nature, d’eau et de silence.
Le Luberon

Le Luberon : 30 km

Il suffit de traverser la Durance, par le pont de Mirabeau, pour entrer dans le Luberon, par le Pays d’Aigues. C’est un paysage plus doux, plus vert, qui fait oublier la garrigue provençale. L’eau court partout, et les cerisiers remplacent les oliviers. Les châteaux y sont nombreux, et chaque village est un enchantement. Le Luberon n’a pas volé sa réputation, mais paye un peu cher la prédilection que lui vouent les artistes et la jetset… les prix s’en ressentent en tous cas.
Mieux vaut donc résider à Rians, et franchir la Durance

Jouques

Jouques et le pays d'Aix : 10 km

A une dizaine de kilomètres de Rians, Jouques offre un environnement naturel luxuriant, et constitue un but de promenade (randonnée ou VTT) idéal. Nous y avons développé, comme à Rians, une séries de circuits VTT.
Vous pouvez également relier Jouques avec un âne bâté, pour un bivouac en bord de rivière.
Enfin, de multiples itinéraires de randonnées vous permettront de découvrir les massifs proches de la Vautubière, du Concors, et de … la Sainte-Victoire.

La Sainte Victoire

La Sainte-Victoire : 25 km

La montagne Sainte-Victoire  est classée « Grand Site de France ».
Avec ses 18 km de long, et 1010 m d’altitude au point le plus haut, ce site offre un vaste choix de chemins balisés pour des randonneurs équestres ou pédestres mais également d’autres sports tels le parapente, VTT ou escalade.
carte de la région

A pied ou en vélo, des idées de séjours tout compris avec

logo Occitanies

Voyages Occitanies propose des séjours et voyages « cousus main », en petits groupes, au plus près de la nature en Provence, ou sur le pourtour de l’Arc Méditerranéen, avec la culture occitane en filigramme.

La destination Provence Verte & Verdon

C’est 43 villages provençaux, une nature préservée, un Pays d’Art et d’Histoire. A découvrir absolument!

 

Sur les chemins de la transhumance, un nouvel itinéraire:

L’itinéraire de grande randonnée GR®69 La Routo®, relie les plaines de basse Provence aux vallées alpines du Piémont en s’appuyant sur les anciennes drailles et carraires, sur les traces des troupeaux ovins qui pratiquaient la grande transhumance estivale.
Ainsi, il retrace l’itinéraire des troupeaux en partance de la Crau qui suivaient l’ancienne voie Aurélienne jusqu’à Eguilles, empruntaient une draille qui contournait Aix-en-Provence par le nord puis passait au nord de Saint-Marc et de Vauvenargues. Les troupeaux gagnaient ensuite Rians, Quinson, Riez, Puimoisson, Mezel, Digne, La Javie et Seyne, franchissait la crête entre la Blanche de Seyne et l’Ubaye, puis, remontant la vallée à partir de Méolans, conduisait à la Haute Ubaye, ainsi qu’au Piémont par le col de Larche.